© Elise Connors 2019. All Rights Reserved Worldwide.

Droits d'auteur : L'intégralité de ce blog est la propriété de son auteure. Toute reproduction, partielle ou totale, ne peut se faire sans son accord écrit préalable. Le délit de plagiat ou contrefaçon expose à trois ans d'emprisonnement et 300 000 euros d'amende (article L335-2 du code de la propriété intellectuelle)

vendredi 13 décembre 2019

Vivre sans voiture


Après des années aux Etats-Unis, où nombreux sont les endroits pour lesquels la voiture est totalement indispensable, il est particulièrement agréable de retrouver une vie sans véhicule où tout se fait aisément à pied ou en transports en commun. Le réseau lyonnais fonctionne relativement bien, entre ses lignes de métro, de tramway, de bus et de funiculaire. Je peux aller travailler sans trop polluer, ce qui est bien souvent impossible à la campagne ou dans des villes démesurées comme Miami où les transports en commun -bien qu'ils existent- ne sont pas forcément pratiques pour des trajets domicile-travail (sauf bien sûr à moins d'habituer juste sur la ligne de métro). A Lyon, la trottinette, électrique ou non, est aussi un moyen de locomotion simple et plus rapide que la marche à pieds. Le vélo est également relativement agréable, sauf évidemment s'il pleut ou s'il neige. Amaury est particulièrement fan du métro, et j'apprécie quant à moi les nombreux ascenseurs qui permettent d'y accéder avec la poussette sans difficultés. Les courses sont plutôt bien gérées grâce à notre merveilleux caddie de mémé, acheté dès notre arrivée cet été dans un bazar de la Guillotière. Les grèves n'ont pour l'instant pas trop impacté le réseau lyonnais, et nous nous réjouissons d'avoir prévu de privilégier la voiture pour nos trajets des vacances de Noël. Vivre sans voiture ne veut pas forcément dire ne jamais conduire. Ponctuellement, il est possible d'un louer une de temps à autre et sur de courtes durées, ce qui in fine revient moins cher que d'en posséder une (entre le parking, l'assurance, l'essence et l'entretien). Et puis l'empreinte carbone d'une vie en appartement est également moindre que si nous étions dans une maison. Je dois néanmoins avouer que parfois notre maison de Floride me manque un peu, et surtout le patio, le jardin et la possibilité de manger dehors toute l'année. A vrai dire, avec le mauvais temps de cet automne, j'ai beaucoup pensé à Miami et à ses douces températures. Et si cela me manque de temps à autre, l'idée de vivre sans climatisation (dont j'ai totalement horreur de par le bruit que cela fait) me réjouis particulièrement. Et puis l'on ne peut pas tout avoir : le chaud, le froid, la plage et le ski en même temps...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

N'hésitez pas à me laisser des commentaires! J'y répondrai dès que possible :-)