© Elise Connors 2019. All Rights Reserved Worldwide.

Droits d'auteur : L'intégralité de ce blog est la propriété de son auteure. Toute reproduction, partielle ou totale, ne peut se faire sans son accord écrit préalable. Le délit de plagiat ou contrefaçon expose à trois ans d'emprisonnement et 300 000 euros d'amende (article L335-2 du code de la propriété intellectuelle)

lundi 20 juillet 2020

Une interminable pandémie


Cela fait quelques semaines que je ne suis pas passée par ici. La fatigue de la grossesse et l'état sanitaire de la Floride ont un peu eu raison de mon entrain à partager notre tranche de vie américaine, monotone et quasi-recluse. Les cas de Covid-19 n'ont pas cessé d'augmenter depuis notre retour à Miami, pour graduellement remplir davantage de lits en réanimation et entrainer le maintien des mesures sanitaires restrictives. Nous sommes passés d'un confinement en France strict depuis Mars à un pseudo-confinement outre-atlantique. Les magasins restent ouverts, mais les parcs, piscines, jardins, aires de jeux et zones de rassemblement pour le public en intérieur sont toujours fermés. Après avoir respecté une quinzaine de jour en isolement, nous avions espéré pouvoir -dans les limites des précautions sanitaires- retrouver notre vie sociale floridienne. Mais c'était sans compter sur la recrudescence du virus et la peur que cela suscite chez nos amis américains. Nous vivons donc en vase clos, très isolés, sans famille à proximité et avec peu de contacts sociaux. L'époque est historique, certes, mais elle n'en est pas moins décevante. Et la préparation d'une naissance dans ce contexte n'est pas forcément réjouissante non plus. Nos familles respectives ne pourront pas venir nous voir lorsque bébé numéro 2 pointera le bout de son nez, ni nous aider avec Amaury. Nous avons un ami qui pourra intervenir et gérer le petit monstre le temps de l'accouchement, mais Logan risque d'être beaucoup monopolisé par notre grand sans aide extérieure, ce qui signifie que je serai sans doute très seule pendant le temps de l'hospitalisation. Et cerise sur le gâteau : si j'ai le malheur d'être testée positive au covid-19 en allant accoucher, la politique est de séparer les mères et les bébés pour éviter toute contagion pendant toute la durée du séjour. Inutile de préciser que si cela m'arrivait, je signerais tout de suite une décharge pour sortir au plus tôt sitôt la louloute née, même si cela signifie partir avec le placenta encore les jambes. Alors autant dire que le moral, une fois n'est pas coutume, n'est pas au beau fixe et que j'espère une amélioration de cette pandémie très prochainement. Après tout, je débute à peine mon huitième mois, et peut-être que si je réussis à accoucher à terme ce satané virus va finalement perdre du terrain ?

mardi 16 juin 2020

Black lives matter

Breonna Taylor

Ça devrait être un concept complètement évident, mais les récents événements continuent de démontrer que la communauté afro-américaine subit encore et toujours des discriminations raciales et des violences policières. Plusieurs cas ont défrayé la chronique, notamment celui de George Floyd (très médiatisé, et à juste titre), mais pas seulement. Il y a eu aussi le cas de Breonna Taylor, cette jeune ambulancière afro-américaine tuée de huit balles par la police dans son appartement, celui d'Ahmaud Arbery, tué comme un animal par un policier à la retraite et son fils alors qu'il faisant son jogging, et puis récemment ce géorgien, Rayshard Brooks, tué à Atlanta par la police de trois balles dans le dos. Et ce n'est que la partie émergée de l'iceberg. Les discriminations touchent aussi les mères. Une mère afro-américaine a par exemple deux à trois fois plus de chance de mourir des suites de sa grossesse ou de son accouchement qu'une femme blanche (source : Centers for Disease and Prevention). La communauté afro-américaine a deux fois plus de chance de souffrir de la faim que la communauté blanche (source : Feeding America). En outre, cette communauté connait un taux de chômage deux fois plus élevé, et un risque d'incarcération 6.4 fois supérieur à celui de la communauté blanche (source : Economic Policy Institue). Alors concrètement, les inégalités ne concernent pas seulement les violences policières. Elles concernent également des aspects économiques, sociaux, éducatifs, et médicaux. De ce que j'ai pu en observer, l'ascenseur social est bien souvent bloqué au rez-de-chaussée si l'on nait dans une famille afro-américaine très modeste. Si l'on nait pauvre, l'on a toutes les chances de rester pauvre à l'âge adulte. Alors bien sûr ces disparités ne concernent pas que cette communauté, et bien d'autres minorités subissent des discriminations au pays de l'oncle Sam ; mais dans ce contexte actuel, il me paraît nécessaire de se focaliser sur ce racisme latent qui gangrène le pays. La notion de privilège blanc prend aujourd'hui tout son sens. J'ai moi-même par exemple toujours eu beaucoup de chance, faisant partie des immigrés privilégiés (voir article sur le sujet à retrouver ici). Je pense qu'on ne se rend pas réellement compte de nos privilèges lorsqu'on les possède depuis sa naissance, et tant que nos droits n'ont pas été bafoués. Alors tant que les inégalités resteront criantes et qu'un individu sera traité différemment à cause de sa couleur de peau, je soutiendrai la cause de tous ceux qui subissent des injustices. Et que ce soit aux Etats-Unis, en France ou ailleurs...

vendredi 12 juin 2020

Voyager en pleine épidémie de Covid-19


La semaine qui vient de s'écouler est passée comme une véritable tornade mêlant décalage horaire, déménagement, achats de meubles et de voitures, planification de travaux et déballage de nos affaires. Le voyage s'est bien passé, quoique long, pénible, et relativement bizarre en cette pandémie mondiale de Covid-19. Nous avons gardé notre masque à peu près tout le temps, depuis le trajet en taxi de l'hôtel à l'aéroport, puis dans l'aéroport à Roissy, durant le vol Paris-Atlanta, à l'aéroport d'Atlanta, pendant le vol vers Miami et finalement dans le Uber qui nous a ramené très tard à la maison. Il était alors onze heures du soir, soit cinq heures du matin en France. Amaury a été relativement sage, et n'a pleuré qu'une seule fois lorsqu'il a voulu s'asseoir près du hublot et qu'il fallait absolument attendre l'autorisation des hôtesses. Les précautions de sécurité liées au coronavirus nous ont semblé drastiques, mais rassurantes et nécessaires. Le vol Paris-Atlanta était quasiment vide, avec quelques passagers qui se partageaient (à bonne distance) les rangées. J'ai eu ma propre rangée pour m'allonger, ce qui était fortement appréciable. Le seul bémol fut à l'arrivée à Atlanta, dans un aéroport où seul un tiers des employés et des passagers portaient un masque, et dans l'avion, où la plupart d'entre eux le retiraient dès que les hôtesses avaient le dos tourné. Bref, ce fut une observation assez déroutante, surtout compte-tenu de la proximité physique entre les passagers, que de voir que l'américain moyen (croisé ce jour-là) n'avait aucune peur de contaminer les autres en toussant allègrement sans masque dans un espace clos. In fine, ce fut un contraste saisissant avec l'arrivée sur le sol américain, où des employés du CDC (centers for disease control and prevention) sont montés dans l'avion sur le tarmac pour nous faire remplir des formulaires de santé et prendre la température de tous les passagers. Depuis, nous sommes en quarantaine volontaire à la maison, pendant une semaine encore, avant de reprendre une vie un peu plus "normale". J'ai hâte de voir le médecin qui va me suivre pendant le reste de ma grossesse, car les contractions sont toujours là et j'alterne les séances de lit avec celles passées sur le canapé. Amaury a aussi hâte (mais pas tant que nous !) de retrouver les copains du centre aéré pour l'été. Après quatre mois sans école, la lassitude s'est progressivement installée et il manque cruellement de temps de jeu avec d'autres enfants. Il nous réclame régulièrement de rentrer à Lyon, ce que je comprends tout à fait. Les périodes de transition ne sont jamais faciles, mais les enfants s'adaptent généralement vite à leur nouvelle vie. Et maintenant que le décalage horaire est derrière nous (et que notre petit Loulou ne se réveille plus à quatre heures du matin) nous pouvons enfin réaliser que ça y est, nous avons une nouvelle fois franchi l'Atlantique pour une vie décidément très internationale...





mardi 2 juin 2020

Un départ qui se concrétise


Après des jours et des jours de préparatifs pour le départ, j'ai eu cet après-midi le feu vert de mon gynécologue pour prendre l'avion : nous partons donc demain matin ! Le premier jour de voyage devrait être relativement facile. Nous récupérons la voiture de location le matin, et prenons la direction de Roissy où une chambre d'hôtel nous attend pour passer la nuit. Jeudi en début d'après-midi, nous embarquons dans un vol pour Atlanta, puis dans un second vol pour Fort Lauderdale. De là, très tard le soir, nous avons loué une voiture pour rentrer à Miami car l'heure sera bien tardive et au-delà du couvre-feu qui est en place depuis quelques jours dans les comtés de Broward et Miami-Dade. A priori, les émeutes ne touchent pas du tout notre quartier, donc nous partons relativement sereins. Reste à voir ce que l'épidémie de Covid-19 va donner en Floride, qui connait une recrudescence des cas au cours des quelques derniers jours. J'avoue qu'après m'être rongé les sangs en ayant très peur de ne pas pouvoir partir à cause de la grossesse, je ne suis pas inquiète outre-mesure ni en ce qui concerne les émeutes, ni en ce qui concerne la crise sanitaire mondiale. Nous avons notre stock de masques, de gel hydroalcoolique et de lingettes désinfectantes pour les surfaces, alors je ne vois pas bien ce qu'on pourrait faire de plus. Et d'ici le départ, nous profitons des quelques heures qui nous restent à Lyon en nous efforçant d'oublier les opportunités ratées de ce printemps ; pour l'heure, je maximise la position allongée pour éviter de forcer sur mon col et je répète à ce petit bébé tant désiré qu'elle reste bien sage, au chaud, au moins jusqu'à fin Août...

mardi 26 mai 2020

Un petit secret dans la valise


Les jours qui nous restent en France sont comptés. Dans une semaine, nous serons en route pour Roissy, afin d'attraper un vol transatlantique le lendemain. Nous partons donc tous les trois pour les Etats-Unis, et je devrais dire tous les quatre, car notre famille va s'agrandir en Septembre ! C'est une petite fille, en pleine forme, qui grandit bien malgré le contexte d'une grossesse particulièrement difficile. Il y a d'abord les maux typiques, connues par bon nombre de femmes, qui teintent la joie d'attendre un enfant en rendant la vie considérablement plus difficile. Entre les nausées et les vomissements (loin de s'arrêter à la fin du premier trimestre et qui perdurent), la fatigue extrême, les douleurs ligamentaires, la sciatique, la constipation (je vis d'un régime de pruneaux et de fruits laxatifs), les hémorroïdes (amis du glamour, bonjour), le goût métallique en bouche en permanence, l'hypersalivation, et les insomnies, je crois que je peux cocher sur ma liste à peu près tous les désagréments en lien avec mon état de parturiente. A cela s'ajoutent les complications médicales, franchement plus inquiétantes et qui pourraient fort bien compromettre ce retour aux Etats-Unis. Les contractions hyper précoces depuis le début de mon quatrième mois, la modification de mon col et la perte du bouchon muqueux hier (amis du glamour, re-bonjour), associées à des échographies répétées et spécialisées dans plusieurs hôpitaux, me font craindre un accouchement prématuré et m'obligent à un repos quasi-complet avant le départ. Et je n'en suis qu'à vingt-quatre semaines. Alors si je rêve quotidiennement de ne plus subir de nausées et que j'attends l'accouchement avec impatience, il serait quand même bon de garder bébé au chaud le plus longtemps possible pour éviter la grande prématurité. Ce qui en soit est plus facile à dire qu'à faire avec une hyperactive dans mon genre qui a du mal -en temps normal- à s'asseoir plus de cinq minutes. Alors je m'astreins à ce repos forcé, et je croise les doigts pour obtenir le feu vert de mon cher gynécologue adoré (sarcasme) pour prendre l'avion. Et d'ici là, je parle tous les jours à cette petite louloute pour qu'elle comprenne bien qu'il est trop tôt pour arriver, malgré son impatience ! Car après tout, il est quand même largement préférable que le gâteau reste au four jusqu'à ce qu'il soit bien cuit...

mercredi 20 mai 2020

La fin d'une parenthèse lyonnaise


J'ai vidé mon bureau à l'hôpital, quitté à regret mon poste d'orthophoniste en gériatrie que j'aimais tant, et commencé les cartons pour le déménagement. Dans deux semaines, nous repartons aux Etats-Unis. Direction : la Floride, où les températures chaudes et le climat humide nous attendent de pied ferme. En théorie, les frontières américaines sont fermées. En pratique, les citoyens américains et les porteurs d'une carte verte ont le droit de rentrer sur le territoire. Nous nous préparons néanmoins physiquement et psychologiquement à un voyage pénible, et à enchainer sur un confinement volontaire à la maison d'une quinzaine de jours. Dans tous les cas, l'absence de vols directs rendra le trajet nettement moins rapide. Ensuite, les règles sanitaires en vigueur (largement nécessaires en pleine épidémie de Covid-19) vont largement contribuer à l'inconfort du voyage. Allez donc faire porter un masque (même de super héros !) pendant dix heures consécutives à un enfant de tout juste quatre ans... Et pour ne rien arranger, les compagnies aériennes ne cessent de changer les heures et dates des vols prévus. Pour l'instant, notre vol Paris-Atlanta est reporté à une heure plus tardive de la journée, ce qui fait qu'il est impossible d'assurer la connection Atlanta-Miami. Après des heures au téléphone à essayer de démêler les solutions possibles, Logan a fini par réserver une chambre d'hôtel à Atlanta à côté de l'aéroport, et pris des places sur le vol du lendemain. Et mêmes ces vols-là sont en suspens : rien ne garantit que la compagnie aérienne ne décide pas soudainement de changer à nouveau les heures de vol, au dernier moment. Il va donc nous falloir nous armer de patience, être flexible, et tout-à-fait préparés à l'éventualité d'un long -très long- voyage. Entre la route jusqu'à Roissy depuis Lyon (dans un contexte d'agence de location de voitures en train de faire faillite -on croise les doigts pour récupérer un véhicule assez grand pour les bagages-), le vol international avec masque obligatoire jusqu'à Atlanta et la correspondance très vraisemblablement compromise, nous nous attendons à un voyage d'au moins trois jours. Inutile de dire que je vais devoir soigneusement préparer mon fameux sac magique de maman, avec de nombreux en-cas, jeux compacts, et distractions surprises, afin de divertir un petit tyran de quatre ans bien remuant et qui n'en fait bien souvent qu'à sa tête. Ce matin par exemple, avide d'expériences nouvelles, bien mal lui en a pris de se saisir des ciseaux très coupants et de de se refaire (à sa façon) la coupe de cheveux tout juste rafraichie chez un coiffeur professionnel quelques jours plus tôt. Résultat : un trou béant dans les cheveux du front, qui n'auraient pas mieux été coupés par une tondeuse électrique. Note pour moi-même : mettre immédiatement sous clé tout objet tranchant de la maison, et matelasser les murs. On n'est jamais trop prudent. Et d'ici le départ, équiper le môme d'une tenue de protection incluant casque et armure anti-chocs, histoire d'éviter tout passage aux urgences en pleine période de coronavirus...

samedi 2 mai 2020

Boring rainy days


La pluie est finalement arrivée sur la région lyonnaise, ce qui aide considérablement notre famille (très encline à souffrir d'allergies au pollen particulièrement handicapantes) mais rend encore plus monotone ce confinement. Les journées se suivent et se ressemblent. Amaury tourne en rond comme un petit lion en cage, et il est de plus en plus difficile de l'occuper intelligemment. Je ne suis pourtant pas convaincue qu'il retourne à l'école compte-tenu des conditions actuelles. Ses enseignants évoquent la date du 25 Mai, et nous avons d'autres projets pour la fin de l'année scolaire. J'ai longtemps plaint les parents de familles nombreuses et surtout lorsque ce sont (généralement) les mamans qui se collent à la garde forcée de leurs enfants, mais maintenant je plains aussi les parents d'enfants uniques qui se retrouvent à jouer aux legos et aux barbies toute la journée. Nous avons la chance d'avoir quelques autres enfants dans l'immeuble, tous confinés depuis plusieurs semaines, avec qui Amaury peut jouer de temps à autre et retrouver un temps social autre qu'avec nous. Il me reste toujours la piñata de son anniversaire (qui avait été annulé) et je pense pouvoir organiser une sauterie avec les autres petits de la résidence histoire de l'utiliser malgré tout. Bref, les journées sont toujours rythmées par les mêmes activités, relativement redondantes, et la pluie rend les sorties au jardin encore plus limitées. Heureusement, les activités cuisine et pâtisserie rendent les après-midi plus courtes et les goûters plus intéressants. Reste à savoir si nous réussirons à passer l'encadrement de la porte à l'issue de ce confinement, car une dodufication* sévère est en cours.

*néologisme totalement approprié.

dimanche 12 avril 2020

Pâques à la maison


Ce billet aurait tout simplement pu s'intituler "Pâques confinés", mais la redondance et la gravité du sujet me semblaient particulièrement enclines à entacher l'esprit de réjouissance qui est d'ordinaire le mien. Alors soit, Pâques cette année ne ressemble absolument pas à ce qui était prévu, mais la journée, ensoleillée, particulièrement riche en chocolats, s'est annoncée dès l'aube sous d'heureux auspices. Amaury et moi avons décoré un sac en papier afin de collecter des trésors sucrés lors de la chasse aux oeufs, organisée ce matin dans le jardin. Il a fait bonne récolte, et particulièrement apprécié le moment. J'ai pu aussi m'affairer un peu en cuisine, le confinement me donnant l'envie de pâtisser. Deux grosses brioches aux pralines de Lyon plus tard, l'après-midi s'est déroulée, entre les différentes vidéoconférences avec famille et amis aux quatre coins de la planète, des pauses-chocolats bien méritées, et des jeux de construction à l'en plus finir. Alors les fêtes pascales ont tout de même été réussies cette année. Ne reste plus qu'à espérer la fin proche de ce confinement, tout en gardant à l'esprit que bon nombre de citoyens continuent à être sur le front, à approvisionner la France, à soigner les malades, et à faire tout ce qu'ils peuvent pour enrayer cette satanée pandémie. Alors le mot d'ordre est simple : restons chez nous.


vendredi 3 avril 2020

Confinés


Il est impossible de commencer ce billet sans immédiatement partager ma gratitude envers tous ceux qui font tourner la France aujourd'hui : merci de votre engagement, merci de votre dévouement. J'ai une pensée toute particulière pour les personnes appartenant au personnel soignant, qui sont sur le front, face à cette saleté de virus et qui gèrent comme elles peuvent le manque de moyens de protection et l'afflux massif de malades. Cela mériterait d'ailleurs un petit article à part entière, tant il y aurait à dire. Depuis quelques semaines et comme la quasi-intégralité des français, ainsi qu'une bonne partie du reste du monde, nous sommes reclus à la maison et ne sortons que pour des raisons indispensables. Provisoirement, je ne travaille pas, tombant automatiquement dans la catégorie des personnes "à risque" (mais c'est une tout autre histoire). J'en profite alors pour m'occuper beaucoup plus de mon petit Loulou, qui a fêté ses quatre ans en confinement. Son anniversaire avec les copains a été reporté sine die, et je me demande si l'on va être capable de célébrer ça avec ses camarades de classe avant l'été. J'ai un gros carton en réserve qui renferme les trésors dédiés au dit événement, tels qu'une piñata géante en forme de tyrannosaure et divers éléments de décoration -tous sur le thème des dinosaures-. Dans le carton en question s'entasse aussi les chocolats de Pâques, qui ont déjà été bien attaqués par moi et mon appétence énorme pour le sucré. J'espère quand même qu'il en restera pour le passage des cloches d'ici une belle semaine ! Alors comment occupe-t-on son temps lorsque l'on est reclus dans un appartement ? Il faut déjà préciser que je nous considère très chanceux, par rapport à bon nombre de français ; l'appartement n'est pas minuscule, et nous avons accès au grand jardin de l'ENS qui constitue, à lui seul, un parc privé immense. D'autre part, il me serait bien impossible d'affirmer que je réussis seule à gérer un petit énergumène aux besoins de mouvements quotidiens décuplés. Logan est en télétravail mais s'occupe énormément de son fiston, lequel partage ses journées entre différentes activités plus ou moins élaborées : jeux libres, lecture, dessins, coloriages, peintures, pâte à sel, cuisine, parcours sportifs, tours en trottinette et temps calmes sur son sacro-saint (et ô combien indispensable) écran. Inutile de préciser que nous regrettons amèrement l'époque de la sieste, temps chéri et déjà relativement ancien où Amaury était capable de "disparaître" pendant au moins une bonne heure et permettre à ses parents de souffler. Alors en attendant la fin du confinement, je me surprends à penser qu'aller travailler est nettement plus reposant que de rester à la maison, et j'envoie toutes mes pensées aux mamans de grandes tribus, recluses avec leurs petits monstres à la maison, qui gèrent et assurent la classe à domicile d'une main de maître...


vendredi 13 mars 2020

Travailler à l'hôpital en ces temps de pandémie

Les événements sont quasi-historiques. Devant l'incertitude nationale, et face à un virus encore méconnu, les professionnels de santé sont en ligne directe face à la complexité de la situation, les mesures de prévention et la nécessité absolue de continuer à prodiguer des soins aux patients qui en ont besoin. Je ne suis pas vraiment considérée comme une employée indispensable, mais mon travail consiste néanmoins à effectuer (de façon quasi-exclusive) des bilans de déglutition, et de décider qui est à risque majeur de fausse route, qui mange, qui ne mange pas et qui mange quoi. J'ai plus peur d'attraper le Covid-19 en prenant le métro qu'en travaillant à l'hôpital, où les visites sont désormais interdites, où tout est propre et désinfecté, et où j'ai accès à des moyens de protection efficaces. La réelle incertitude tient dans mon planning au cours des prochaines semaines : dès lundi, les écoles de Lyon seront fermées, et ce jusqu'au début du mois de mai. Alors en ayant un petit loulou de presque 4 ans à la maison, et en travaillant dans un établissement qui interdit tout visiteur extérieur, je ne vois pas encore comment je vais conjuguer activité professionnelle et vie de Maman. Bref, au moment où je finis cet article, l'incertitude totale persiste. Je croise les doigts pour que ce satané coronavirus épargne la ville, comme en 1643 où la peste -semblairait-il- s'était arrêtée aux portes de Lyon...


samedi 4 janvier 2020

Hello, 2020


2019 est passée à une vitesse folle. Le changement de vie et la réadaptation à la vie française s'est faite tout naturellement. Quel bilan dresser de ces douze derniers mois ? Un bilan positif, sans doute. Amaury a poussé comme un champignon, et il est devenu un petit garçon au caractère bien affirmé,  intarissable de questions et au profil plutôt têtu. Il continue à vouer une sainte passion pour les véhicules en tout genres, et a découvert avec joie les legos et les playmobils. Il prend des cours d'éveil musical tous les mercredis, histoire de parfaire son oreille et ses capacités d'écoute avant de démarrer un instrument l'an prochain. Peut-être le piano, pour commencer, et suivre les traces de sa mère ? Il a passé de fantastiques fêtes de fin d'année avec ses cousins, dont il ne cesse de parler à tout va et qu'il a hâte de revoir. Logan continue son projet de recherche avec le Collégium, travaillant d'arrache-pied lorsqu'il n'est pas contraint d'adapter son emploi du temps aux grèves de l'école. De mon côté je m'épanouis toujours autant en gériatrie, et j'ai pu prendre deux/trois jours de RTT pour passer Noël en famille. J'ai du mal à visualiser ce que cette nouvelle année va nous apporter. Du beau temps et de la douceur, j'espère, même si la neige serait la bienvenue pour aller skier en famille. C'est d'ailleurs prévu pour fin Janvier, et nous avons tous très hâte que de fouler la poudreuse et d'arpenter les pistes !  D'ici là, Amaury reprend l'école lundi, ce qui ne le réjouit pas trop mais va sans doute  beaucoup plaire à ses parents. Après tout, les vacances ont été très prolifiques et il est bien temps de reprendre un rythme un peu plus régulier...