© Elise Connors 2019. All Rights Reserved Worldwide.

Droits d'auteur : L'intégralité de ce blog est la propriété de son auteure. Toute reproduction, partielle ou totale, ne peut se faire sans son accord écrit préalable. Le délit de plagiat ou contrefaçon expose à trois ans d'emprisonnement et 300 000 euros d'amende (article L335-2 du code de la propriété intellectuelle)

mardi 26 mai 2020

Un petit secret dans la valise


Les jours qui nous restent en France sont comptés. Dans une semaine, nous serons en route pour Roissy, afin d'attraper un vol transatlantique le lendemain. Nous partons donc tous les trois pour les Etats-Unis, et je devrais dire tous les quatre, car notre famille va s'agrandir en Septembre ! C'est une petite fille, en pleine forme, qui grandit bien malgré le contexte d'une grossesse particulièrement difficile. Il y a d'abord les maux typiques, connues par bon nombre de femmes, qui teintent la joie d'attendre un enfant en rendant la vie considérablement plus difficile. Entre les nausées et les vomissements (loin de s'arrêter à la fin du premier trimestre et qui perdurent), la fatigue extrême, les douleurs ligamentaires, la sciatique, la constipation (je vis d'un régime de pruneaux et de fruits laxatifs), les hémorroïdes (amis du glamour, bonjour), le goût métallique en bouche en permanence, l'hypersalivation, et les insomnies, je crois que je peux cocher sur ma liste à peu près tous les désagréments en lien avec mon état de parturiente. A cela s'ajoutent les complications médicales, franchement plus inquiétantes et qui pourraient fort bien compromettre ce retour aux Etats-Unis. Les contractions hyper précoces depuis le début de mon quatrième mois, la modification de mon col et la perte du bouchon muqueux hier (amis du glamour, re-bonjour), associées à des échographies répétées et spécialisées dans plusieurs hôpitaux, me font craindre un accouchement prématuré et m'obligent à un repos quasi-complet avant le départ. Et je n'en suis qu'à vingt-quatre semaines. Alors si je rêve quotidiennement de ne plus subir de nausées et que j'attends l'accouchement avec impatience, il serait quand même bon de garder bébé au chaud le plus longtemps possible pour éviter la grande prématurité. Ce qui en soit est plus facile à dire qu'à faire avec une hyperactive dans mon genre qui a du mal -en temps normal- à s'asseoir plus de cinq minutes. Alors je m'astreins à ce repos forcé, et je croise les doigts pour obtenir le feu vert de mon cher gynécologue adoré (sarcasme) pour prendre l'avion. Et d'ici là, je parle tous les jours à cette petite louloute pour qu'elle comprenne bien qu'il est trop tôt pour arriver, malgré son impatience ! Car après tout, il est quand même largement préférable que le gâteau reste au four jusqu'à ce qu'il soit bien cuit...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

N'hésitez pas à me laisser des commentaires! J'y répondrai dès que possible :-)