© Elise Connors 2019. All Rights Reserved Worldwide.

Droits d'auteur : L'intégralité de ce blog est la propriété de son auteure. Toute reproduction, partielle ou totale, ne peut se faire sans son accord écrit préalable. Le délit de plagiat ou contrefaçon expose à trois ans d'emprisonnement et 300 000 euros d'amende (article L335-2 du code de la propriété intellectuelle)

dimanche 11 octobre 2020

Un mois d'or difficile

Joséphine a eu un mois. Un mois, soit trente jours de sommeil haché, morcelé, grappillé et égrené lentement. Trente nuits en gruyère, longues et torturantes. Trente jours de belles tétées, de jour comme de nuit. Trente jours d'une croissance rapide, d'un bébé qui devient joufflue, qui profite, qui grossit à vue d'oeil et qui nous émerveille de sourires. Le mois qui suit un accouchement est appelé le "mois d'or", un mois où tout  peut être merveilleux mais où tout est aussi difficile. Joséphine est un bébé relativement calme et qui s'apaise relativement facilement. Hormis les régurgitations (très !) nombreuses, les petites coliques et un reflux assez ennuyeux, ces dernières semaines se sont assez bien passées. Après avoir eu un BABI (bébé aux besoins intenses) qui avait des coliques infernales et ne dormait absolument jamais, ni de jour ni de nuit, je dois dire que ce post-partum a été un peu plus facile. Il y a eu certes des hauts et des bas (merci le baby blues et la chute hormonale...), mais globalement à part la fatigue extrême tout s'est plutôt bien passé. C'est un peu à cause (ou grâce) à la pandémie actuelle qui conduit Logan à travailler depuis la maison, ce qui fait que je ne suis jamais vraiment trop seule avec la petite louloute. Physiquement, je me suis très vite remise de l'accouchement. Je me suis même sentie beaucoup mieux qu'enceinte, c'est dire. C'est sûr que la grossesse n'a pas été exactement une partie de plaisir non plus. Il y a un mois, j'ai eu une connection immédiate avec ce petit bébé qui se fait tout sourire. Reste la question du sommeil, question bien sûr au centre des préoccupations actuelles. Bébé dort assez bien à des heures bizarres, et du coup ses parents beaucoup moins. Et la médaille du mérite revient à mon cher et tendre qui, non content de travailler à (plus que) plein temps depuis la maison, est aussi totalement dévoué au child care et aux autres chores domestiques. Tout en étant toujours là la nuit, pour chaque tétée si besoin ou pour prendre le relais au petit matin après une mauvaise nuit. J'espère qu'il va échapper au burn out, car sans famille à proximité, nous ne sommes que tous les deux pour gérer ce petit bout de nouveau-né et notre véritable tornade de quatre ans et demi. Dans cette nouvelle parentalité, j'ai beaucoup retenu de notre expérience passée, ce qui, j'en suis sûre, a contribué à rendre supportable ce premier mois post-partum. D'abord, j'ai usé et abusé de l'emmaillotage, technique encore peu répandue en France mais qui se fait de façon systématique à la naissance dans les hôpitaux américains. Joséphine est encore emmaillotée la nuit, mais elle ne l'est plus lors de ses siestes la journée. C'est une technique qui lui donne la sensation d'être contenue, comme in utero, et qui lui facilite grandement l'endormissement et le sommeil en général. Ensuite, nous avons commencé l'apprentissage de la tétine très tôt, dès les premiers moments d'inconfort digestif (qui sont très vite apparus). Elle s'apaise immédiatement et son sourire revient lorsqu'elle peut utiliser la succion non nutritive pour se calmer. J'ai aussi d'ores et déjà commencé à tirer mon lait, et après une dizaine de jours d'apprentissage du biberon plutôt laborieux et difficile, la petite louloute réussit maintenant à prendre de petits repas au biberon. J'utilise également un sling, sorte d'écharpe de portage simplifiée, lorsque la demoiselle est en proie aux coliques du soir, et c'est assez miraculeux. Mon dos n'apprécie pas vraiment, et je ne peux pas la porter très longtemps, mais l'effet positif est garanti. Et puis surtout, dans ce contexte de changement majeur de vie qui est assez bouleversant, je me fais plaisir chaque fois que c'est possible : une douche chaude, un vrai petit déjeuner (avec Nutella of course), des pauses grignotage tout au long de la journée, des siestes quand le papa est disponible... J'essaie de prendre soin de moi pour pouvoir être capable de prendre soin de toute ma petite tribu. A défaut d'avoir ma mère ou ma belle-mère à proximité pour me seconder, je me repose grandement sur my better half  (qui est absolument fabuleux !), et je prie pour que ces relevailles* soient vite terminées. 

*relevailles : temps de 40 jours après l'accouchement qui était préconisé au siècle dernier pour se remettre de ses couches et établir un lien avec le nouveau-né. Tombées en désuétude avec notre mode de vie moderne, il permettait pourtant à la jeune maman de rester alitée et de se reposer avec l'aide nuit et jour de tous les membres de la famille élargie (mères, soeurs, grands-mères, etc...). 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

N'hésitez pas à me laisser des commentaires! J'y répondrai dès que possible :-)