© Elise Connors 2019. All Rights Reserved Worldwide.

Droits d'auteur : L'intégralité de ce blog est la propriété de son auteure. Toute reproduction, partielle ou totale, ne peut se faire sans son accord écrit préalable. Le délit de plagiat ou contrefaçon expose à trois ans d'emprisonnement et 300 000 euros d'amende (article L335-2 du code de la propriété intellectuelle)

lundi 20 juillet 2020

Une interminable pandémie


Cela fait quelques semaines que je ne suis pas passée par ici. La fatigue de la grossesse et l'état sanitaire de la Floride ont un peu eu raison de mon entrain à partager notre tranche de vie américaine, monotone et quasi-recluse. Les cas de Covid-19 n'ont pas cessé d'augmenter depuis notre retour à Miami, pour graduellement remplir davantage de lits en réanimation et entrainer le maintien des mesures sanitaires restrictives. Nous sommes passés d'un confinement en France strict depuis Mars à un pseudo-confinement outre-atlantique. Les magasins restent ouverts, mais les parcs, piscines, jardins, aires de jeux et zones de rassemblement pour le public en intérieur sont toujours fermés. Après avoir respecté une quinzaine de jour en isolement, nous avions espéré pouvoir -dans les limites des précautions sanitaires- retrouver notre vie sociale floridienne. Mais c'était sans compter sur la recrudescence du virus et la peur que cela suscite chez nos amis américains. Nous vivons donc en vase clos, très isolés, sans famille à proximité et avec peu de contacts sociaux. L'époque est historique, certes, mais elle n'en est pas moins décevante. Et la préparation d'une naissance dans ce contexte n'est pas forcément réjouissante non plus. Nos familles respectives ne pourront pas venir nous voir lorsque bébé numéro 2 pointera le bout de son nez, ni nous aider avec Amaury. Nous avons un ami qui pourra intervenir et gérer le petit monstre le temps de l'accouchement, mais Logan risque d'être beaucoup monopolisé par notre grand sans aide extérieure, ce qui signifie que je serai sans doute très seule pendant le temps de l'hospitalisation. Et cerise sur le gâteau : si j'ai le malheur d'être testée positive au covid-19 en allant accoucher, la politique est de séparer les mères et les bébés pour éviter toute contagion pendant toute la durée du séjour. Inutile de préciser que si cela m'arrivait, je signerais tout de suite une décharge pour sortir au plus tôt sitôt la louloute née, même si cela signifie partir avec le placenta encore les jambes. Alors autant dire que le moral, une fois n'est pas coutume, n'est pas au beau fixe et que j'espère une amélioration de cette pandémie très prochainement. Après tout, je débute à peine mon huitième mois, et peut-être que si je réussis à accoucher à terme ce satané virus va finalement perdre du terrain ?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

N'hésitez pas à me laisser des commentaires! J'y répondrai dès que possible :-)