© Elise Connors 2019. All Rights Reserved Worldwide.

Droits d'auteur : L'intégralité de ce blog est la propriété de son auteure. Toute reproduction, partielle ou totale, ne peut se faire sans son accord écrit préalable. Le délit de plagiat ou contrefaçon expose à trois ans d'emprisonnement et 300 000 euros d'amende (article L335-2 du code de la propriété intellectuelle)

lundi 9 novembre 2020

J'ai pleuré deux fois

picture source: https://newsroom.ucla.edu/releases/ucla-professors-kamala-harris-vp-reactions

La première fois, c'était il y a quatre ans jour pour jour, le 9 Novembre 2016, au lendemain de l'élection présidentielle américaine. Je me suis levée pour découvrir avec horreur et en même temps que le reste du monde que Donald Trump avait été élu. Elu démocratiquement. Elu par des citoyens qui pensaient sincèrement que ce papi colérique avait le pouvoir d'améliorer leur vie. Elu par des citoyens conservateurs et racistes, en colère, et majoritairement ruraux. Et pour ma première élection en tant que citoyenne, j'ai pleuré. J'ai pleuré en imaginant les quatre années à venir. J'ai pleuré, à chaudes larmes, de colère et de tristesse. Mais aujourd'hui, quatre ans après, j'ai pleuré de joie et de soulagement. Joseph Biden a été élu quarante-sixième président des Etats-Unis aux cotés de sa vice-présidente Kamala Harris, première femme à occuper le poste. Même si Trump n'a pas encore accepté sa défaite (trop occupé à bouder et à jouer au golf -priorité nationale apparemment), le collège électoral devrait confirmer ce vote le mois prochain, en attendant l'investiture prévue le 20 Janvier. Alors qu'est-ce-que cette élection pourrait changer ? Difficile de le dire avec précision. Ce qui est sûr, c'est que Biden s'est déjà mis au travail, mettant quatre axes au coeur de son action prévue pour le jour où il accèdera au bureau oval. The transition plan devrait se focaliser principalement sur la pandémie liée au coronavirus Covid-19 et ses conséquences économiques, sur l'égalité raciale et sur le changement climatique. Tandis que l'administration Trump a allègrement supporté la séparation de mineurs migrants de leurs parents (même au stade de nourrisson), mis des enfants en cage, stérilisé de force des femmes dans des camps de rétention, supprimé les allocations financières dédiées aux centres de santé pour les femmes, raboté voire stoppé le financement en lien avec la lutte contre la famine et la pauvreté dans le monde -America first-), et bien d'autres affres impossible à détailler tant la liste serait longue, Biden semble dessiner une présidence moins égoïste, plus égalitaire, et -j'espère- plus centrée sur des enjeux d'aujourd'hui. Il a mentionné vouloir ré-intégrer les accords de Paris sur le climat, et travailler sur l'accès à une couverture maladie universelle, ce qui est probablement une très bonne chose. Alors en attendant de voir ces changements, je prie pour que Trump, qui a allègrement traité ses adversaires de losers, quitte à son tour la maison blanche. Alors dear Donald, guess who's the loser now?!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

N'hésitez pas à me laisser des commentaires! J'y répondrai dès que possible :-)