vendredi 14 juin 2013

J-5

Le dernier jour s'approche toujours un peu plus et je me prépare à la transition. Désormais chaque petit morceau de comté -je ne suis pas jurassienne pour rien- prend un air de madeleine de Proust ; j'engrange et je me gave de ce qui risque de me manquer, croissants, rillettes, vins et fromages notamment. Et je fais le plein de compagnie. A commencer par la famille. Après une semaine parentale, ma sister débarque pour le weekend. Notre dernier weekend à Paris. Gloups. Le temps a passé vite. Très vite. Trop vite. Il n'est même plus temps de regretter ce que j'aurais pu faire mais qui est passé à l'as faute de temps. Maintenant il n'est plus l'heure de gamberger : j'ai rangé (jusqu'à nouvel ordre) mes peurs et mes doutes bien au fond de la valise, et j'ai ressorti l'enthousiasme et l'excitation du départ. Bientôt je vais retrouver la vie aux apparences de long fleuve tranquille de Pennsylvanie, où m'attendent de challenging challenges. J'en perdrais presque mon français, et il me va falloir veiller à limiter les franglismes et les pléonasmes. Tandis que mon esprit essaie de résister aux oxymores, l'attristante réjouissance du départ approche.

1 commentaire:

N'hésitez pas à me laisser des commentaires! J'y répondrai dès que possible :-)