© Elise Connors 2019. All Rights Reserved Worldwide.

Droits d'auteur : L'intégralité de ce blog est la propriété de son auteure. Toute reproduction, partielle ou totale, ne peut se faire sans son accord écrit préalable. Le délit de plagiat ou contrefaçon expose à trois ans d'emprisonnement et 300 000 euros d'amende (article L335-2 du code de la propriété intellectuelle)

lundi 25 août 2014

Etudiante, again and again.

Levée aux aurores pour cause d'un vicieux décalage horaire, je m'apprête à entamer ma dernière année d'études. Il me semble avoir déjà eu cette pensée en 2009, lorsque, la bouche en coeur, je rentrais en dernière année d'orthophonie à Lyon. Et j'avais tort : cette année scolaire ne fut certainement pas la dernière, puisque j'en suis aujourd'hui réduite à user les bancs de l'université, again and again. Un an de plus, comprenant un very last semestre de cours (ouf !) et un autre semestre d'externat. J'ignore encore où je serai pour cet externship, je croise les doigts pour que ce lieu de stage soit proche et intéressant. J'ai déposé en Janvier dernier deux voeux d'affectation, pour l'instant restés sans réponse. Bien que passablement blasée à l'idée d'une nouvelle année scolaire, promettant de longues heures à la bibliothèque, au voice lab, et dans des salles de cours, je repars fraîche et reposée après deux semaines de vacances en France. Le séjour est passé très vite, trop vite, mais m'a permis de voir beaucoup de membres de ma famille et de faire mon "tour de France" version express. Entre les joies de la capitale et le calme de la campagne ardéchoise, c'est dans mon cher Jura que mes valises ont été posées la plupart du temps. Pour l'heure, je repars à l'Université pour quelques réunions de rentrée, puis un pot d'accueil des nouveaux étudiants de première année (on va m'affubler d'une petite "filleule" parmi les nouveaux arrivants, de la même façon que j'ai eu, moi-même l'an passé, une "marraine"). Je vais donc endosser le rôle de mentor, qui n'est pas forcément facile mais qui incite à réfléchir à sa propre pratique et à encourager la nouvelle jeunesse débutante. Car cette étudiante me suivra presque partout à compter du mois d'Octobre, dans mes clinics, à l'école, et elle deviendra (sans doute) ma meilleure alliée contre les aléas et les affres universitaires à venir. Restons positifs : Yes, we can.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

N'hésitez pas à me laisser des commentaires! J'y répondrai dès que possible :-)