mercredi 18 juillet 2018

Une victoire tricolore


Ayant suivi de plus ou moins près (ou de plus ou moins loin) les matchs de la coupe du monde de football, nous n'allions sans doute pas manquer la grande finale de l'équipe de France ce dimanche. Miami s'était mise complètement à l'heure du ballon rond, avec des bars, restaurants et zones avec écrans géants pleins à craquer. Nous nous sommes donc retrouvés au centre-ville de Coral Gables, avec pour objectif de voir cette finale au fameux bar allemand du coin, connu pour son engouement pour le football et ses retransmissions systématiques de tous les matchs en cours. La zone avait été privatisée pour l'occasion, avec écrans géants, bières à volonté et bretzels démesurés. Seule ombre au tableau, un soleil brûlant à l'heure de midi et aucune place assise restante. Amaury ne s'est pas montré très coopérant, et après avoir engouffré un giant pretzel il n'a pas vraiment su trouver d'intérêt pour cet évènement national. Nous sommes donc rentrés fissa à la maison, notre petit monstre larmoyant sous le bras, espérant pouvoir capter la deuxième mi-temps sur notre télévision, qui n'a en fait de télévision que le nom, mais qui correspond plutôt à une sorte d'écran connecté qui ne donne droit qu'aux chaines transmises par internet et à quelques chaines internationales. Après avoir vu une petite partie du match sur Telemundo, nous avons pu finalement capter une chaine locale de Fox, qui retransmettait cette finale en direct. Quatre-vingt-dix minutes plus tard et après quelques dizaines de secondes de prolongation, les bleus sont devenus champions du monde pour la seconde fois. Depuis, à peu près chaque habitant de Miami que j'ai croisé a eu l'occasion de me féliciter (comme si moi, personnellement, j'avais directement participé à ce jeu). Notre maison s'est fleurie de quelques fanions tricolores, histoire de nous démarquer dans le voisinage et de prolonger le goût de cette victoire quelques jours encore. Les Etats-Unis ne sont pas une grande nation historique du football, mais puisque Miami est au carrefour de l'Amérique du Sud, toute la ville a su vibrer au son de cette coupe du monde, et l'enthousiasme est tel que nombre de nos amis ont commencé à inscrire leur (très) jeune progéniture à des clubs de soccer pour enfants....

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à me laisser des commentaires! J'y répondrai dès que possible :-)