© Elise Connors 2019. All Rights Reserved Worldwide.

Droits d'auteur : L'intégralité de ce blog est la propriété de son auteure. Toute reproduction, partielle ou totale, ne peut se faire sans son accord écrit préalable. Le délit de plagiat ou contrefaçon expose à trois ans d'emprisonnement et 300 000 euros d'amende (article L335-2 du code de la propriété intellectuelle)

mercredi 24 juillet 2019

Une belle semaine à la maison


Déjà plus d'une semaine que j'ai retrouvé mon cher Jura. Les journées ont défilé à une vitesse folle et j'ai l'impression d'être arrivée juste hier. J'ai vite repris mes petites habitudes, entre deux morceaux de comté, des escapades au lac de Vouglans, et les bons moments en famille. La canicule est de retour, et finalement, les températures risquent d'être plus pénibles ici qu'en Floride. A la maison, nous avions la climatisation centralisée, que j'ai aimée tout autant que détestée, et ce de façon très paradoxale (voir un petit article sur le sujet à relire ici). Ici, point de climatisation, peu de fraîcheur, mais le calme de la campagne qui permet d'ouvrir les fenêtres. Les nuits vont être difficiles, mais il n'y a pas le choix. Dans tous les cas, aujourd'hui je pars pour Paris avec Amaury, et il va falloir redoubler de créativité pour dénicher des coins de fraicheur qui soient climatisés. J'ai pensé l'emmener au jardin des plantes, et au musée d'histoire naturelle, histoire de reluquer des squelettes de dinosaures au frais. La capitale n'est pas connue pour être l'endroit le plus agréable en cas de fortes chaleurs, mais le planning est fait ainsi. A Paris nous attendent Quinn et Benoit, débarqués d'Australie cette semaine, et j'irai voir ma famille en banlieue. Amaury se réjouit de prendre le train, seulement pour la deuxième fois, et le métro. Il m'a dit de préciser au conducteur de ne pas aller trop vite, pour éviter les accidents. Je ne sais pas si ledit conducteur du TGV peut vraiment répondre favorablement à sa requête, de la même façon que le pilote de l'avion de la semaine dernière n'a pas réellement pu éviter les turbulences. Toujours est-il que la canicule risque de toute façon d'impacter la vitesse des trains, donc nous verrons bien. La valise est bouclée, tout est prêt, Paris, on arrive !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

N'hésitez pas à me laisser des commentaires! J'y répondrai dès que possible :-)